Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 14:44

Édition de l'article.

Published by L'opposition
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 10:13

 

Deux projets viennent coup sur coup de ressortir des tiroirs : une nouvelle piscine à 30 millions d’euros et la ligne de bus sur deux voies réservées entre Chauray et Bessines dans le cadre d’un plan de déplacement urbain à plus de 148 millions d’euros.

Si une piscine de qualité à Niort est une bonne nouvelle en soi, son coût apparaît très excessif. Les tarifs d’entrée suivront-ils ceux du mur d’escalade ? Le bus en site propre, quant à lui, est une aberration financière qui compliquera encore plus l’accès au centre.

Ces montants impressionnent et interrogent sur les capacités budgétaires de la communauté d’agglomération et sur nos priorités locales.

Il est impossible de croire que la Communauté d’agglomération pourra tout faire ! Et si elle confirmait ce choix, comment pourra-t-elle s’engager dans la rénovation du pôle gare, le développement du ferroviaire ou des infrastructures pour désengorger le secteur Nord ?

La ville de Niort n’a déjà plus les moyens avec 78 millions de dettes fin 2012 et 11 millions d’emprunts nouveaux en 2013. La CAN doit-elle se surendetter à son tour et en pleine période de crise ?

Où la présidente-députée-maire compte-t-elle trouver autant d’argent ? Soit il s’agit de promesses électorales sans lendemain, soit il s’agit d’une promesse de fortes augmentations d’impôts après 2014.

Pour l’opposition niortaise, la vérité doit être dite aux Niortais.

Published by L'opposition
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 09:01

Telle est en substance la réponse faite par la Maire de Niort aux critiques faites par plusieurs spectateurs concernant l'acoustique du plancher de la scène lors de la représentation d'un célèbre ballet ajoutant que les Niortais devaient  se satisfaire de ce qui leur était proposé car tout le monde ne peut pas se payer l'opéra ! Curieuse réponse  pour une municipalité qui a affiché une ambition pour le développement culturel et a engagé des financements conséquents.Les Niortais ne mériteraient pas le meilleur de la création artistique? Ce propos péremptoire a été tempéré par le Président de la Sospace gérant la salle l'acclameur annonçant des études pour remédier à cette nuisance sonore indigne tant du spectacle que de la salle qui a nécessité plus de 20M€ pour sa réalisation.

Published by L'opposition
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 10:34

Communiqué de l’opposition niortaise

 


Après avoir pratiqué la chasse à la voiture en ville et compliqué à plaisir la vie des automobilistes Niortais, Geneviève Gaillard découvre que l’automobile peut aussi être propre et partagée. Pour cette raison, le développement des véhicules électriques en libre accès, fabriqués en Deux-Sèvres, serait déjà une heureuse nouvelle.

 

Pour autant, le développement étrangement précipité de ces sites soulève plusieurs questions.

 

On avait bien noté l’absence de concertation avec les taxis qui pratiquent déjà une forme d’auto-partage. On peut aussi s’étonner que ce soit la ville qui porte ce projet en lieu et place de la communauté d’agglomération qui a la compétence transport. C’est surprenant car la CAN a depuis longtemps mené un travail prospectif sur la mobilité qui reste à mettre en place. Que devient-il ? Pourquoi cette mise à l’écart et ce manque de coopération entre ville et CAN ? Chose étonnante quand la présidente de la CAN est aussi le maire de Niort. Geneviève Gaillard ne se trompe-t-elle pas de casquette ?

 

Enfin, pourquoi ce système d’auto-partage n’est-il pas intégré au développement du fameux pôle multimodal à la gare, depuis si longtemps promis ? La gare de Niort est sans cesse l’objet de travaux de bric et de broc. Ce bricolage permanent signifie-t-il que le projet de pôle multimodal est abandonné ou reporté ? Où en est son développement ? Où en sommes-nous des aides de l’Etat et de la région ? Aujourd’hui la question se pose. La gare de Niort mérite un projet d’ensemble.

  

 

Marc Thébault, Jacqueline Lefèbvre, Elisabeth Beauvais, Jérôme Baloge, Rose-Marie Nieto

Published by L'opposition
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 15:09

Communiqué de l’opposition niortaise

 

 

 

Au moment où la majorité municipale s’autoglorifie de la reconversion du site de l’ex Camif, il faut rappeler qu'un grand nombre de salariés sont malheureusement encore au chômage ou en situation précaire et que la trop récente création d’un comité de bassin d'emploi s’est révélée être une structure coûteuse et peu convaincante comme on l'a vu pour les licenciés de Siglaver.

 

En outre, il est utile de rappeler que le projet de bus en site propre annoncé entre Chauray et Bessines sur deux voies réservées a été estimé à 148 millions d'euros avec les aménagements qu’il implique.  En plus d'ajouter aux difficultés de circulation, il capterait l'essentiel des finances locales déjà très contraintes. Où sera encore trouvé un tel argent ? N’y a-t-il pas d’autres priorités ?

 

Enfin, l'occupation du site « Camif » à Chauray se fait au détriment de l'activité en centre-ville de Niort où la Chambre de commerce et d’Industrie et la Mutualité Sociale Agricole étaient implantées. Où est le développement quand, en réalité, on déshabille Paul pour habiller Pierre ?

 

En réalité, il reste du mandat de Geneviève Gaillard et de son équipe un bilan économique désespérément piteux ; commencé par la désastreuse liquidation de Camif Particuliers et terminé par le départ catastrophique du Crédit Agricole.

 

 

 

Marc Thébault, Jacqueline Lefèbvre, Elisabeth Beauvais, Jérôme Baloge, Rose-Marie Nieto

Published by L'opposition
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 12:37

La phrase du jour prononcée par un "néo niortais" lors du conseil de quartier centre ville qui abordait les problèmes de concentration de poubelles( une trentaine) devant  une habitation, ou encore les trottoirs défoncés, la propreté des rues ou les rénovations de quartier comme celui de la colline ST-André, la gare/ les trois coigneaux, le stationnement à ST-Hilaire,   annoncées pour 2018 ou plus...

Published by L'opposition
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 08:08

L’opposition niortaise se désole des propos gratuits et insultants tenus à son encontre par Pascal Duforestel et la garde rapprochée de Geneviève Gaillard, à l’occasion du dernier conseil municipal.

  

Ces dérapages verbaux, répétés tout au long de la séance, sont inacceptables. Ils ne devraient pas avoir leur place dans un conseil municipal alors même que le débat portait sur des sujets sérieux comme l’élargissement de la communauté d’agglomération.

  

Ces dérapages traduisent, sans nul doute, une ambiance délétère et un climat d’extrême nervosité au sein de la majorité municipale.

 

A un an des élections municipales, l’actuelle majorité apparaît de plus en plus à cran. La peur de l’après autant que la concurrence des ambitions et des égos semblent justifier toutes les surenchères verbales.

 

Plus que jamais nous souhaitons, que ces prochaines échéances portent à la tête de notre ville une nouvelle majorité, ouverte au dialogue, tolérante et à l’écoute de tous.

 

 

 

Marc Thébault, Jacqueline Lefèbvre, Elisabeth Beauvais, Jérôme Baloge, Rose-Marie Nieto

Published by L'opposition
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 19:44

Cette délibération- chacun en a bien conscience- va impacter sans retour l'aménagement du territoire de l'agglomération niortaise et du sud deux-sèvres. Le temps est loin, 1789, où Parthenay et St-Maixent disputaient à la ville de Niort le rang de chef-lieu départemental ! Les frontières départementales, aujourd'hui, ont bien peu de significations au regard du mode de vie de nos concitoyens !

C'est bien de cela dont il s'agit, l'organisation du cadre de vie de nos concitoyens à l'horizon 2020/2030, à l'échelle d'une génération. Inutile donc de refaire l'histoire, des errements, des conflits, des hésitations et des manoeuvres politiques de la coopération intercommunale ici même si j'ai en mémoire, l'épisode difficile en 2000 du premier élargissement où des communes ici présentes l'était contre leur gré!

Pour appuyer votre soutien à l'élargissement de l'agglomération qui en passant serait comme l'univers en perpétuelle expansion puisque vous ne faites pas mystère de guigner vers La Crèche, vous faites appel outre à l'aspect inéluctable de la démarche aux concepts de l'INSEE avec la notion de métropole urbaine. Vous évoquez ainsi un très grand Niort dont les habitants concilieraient dans un tout harmonieux logement, travail et déplacements sans oublier les loisirs.

C'est aujourd'hui un voeu plus qu'une réalité au regard de la définition même de la métropole qui évoque d'abord des concentrations de populations infiniment plus élevées que les 102000 habitants de la CAN. L'élargissement annoncé est plus riche en espace qu'en population et difficulté qu'en solutions.

Niort concentre en effet les activités dites de « commandement » dans les domaines économiques, politiques , culturelles avec les fonctions tertiaires supérieures.

Mais la construction de la CAN n'a pas gommé les dualités rural/urbain. Nous ne disposons pas d'un espace homogène mais au contraire des polarités secondaires avec une spécificité exceptionnelle mais contraignante le Marais poitevin.

Nous avons une ville centre qui n'est pas un moteur démographique avec une population inférieure à ce qu'elle était il y a trente ans, une ville centre avec une population fragilisée socialement tandis que des familles plus aisées se retrouvent dans la première ceinture comme en témoignent les potentiels fiscaux.Ce sont des freins pour « tirer vers le haut » l'ensemble de la CAN et paradoxalement, persiste un sentiment de défiance des communes voisines.Nous le voyons bien au regard de la facilité avec laquelle s'est constituée la communauté d'agglomération du grand Bressuire avec une identité forte autour du développement économique.

Dans cet espace de vie, la mobilité est essentielle dites vous comme facteur d'unité.je lis que le RDS n'offre pas un service suffisant, il faut les TAN.Leur coût aujourd'hui est de 18M€ dont 9% seulement de recettes commerciales, les 91% provenant du versement transport des entreprises taxées à 1,05%.L'amélioration récente des dessertes sur le territoire a conduit des modifications mal vécues en zone urbaine.

Pourrons-nous demain faire plus dans le contexte économique que nous connaissons ? Aurons-nous cette capacité d'intégrer de nouveaux territoires aux spécificités, aux compétences différentes de celles exercées par la CAN, le risque étant comme pour l'élargissement de l'Europe de connaître le retour des égoïsmes, la paralysie et surtout la perte de l'esprit d'union.

Le danger de fragmentation est réel comme celui d'une ségrégation sociale des espaces où Niort devrait assumer toujours plus de population précarisée.La question de l'harmonisation fiscale sur la totalité de l'espace doit être posée.

Que les choses soient claires, pas question de jouer les cassandre sur un futur par définition non écrit ou d'opposer une vision optimiste basée sur le seul volontarisme aux doutes du présent ; Inutile d'évoquer un sens de l'histoire face à un conservatisme inqualifiable. Je suggère d'aborder sereinement les questions qui se posent plutôt que dire faisons le et nous verrons bien après!En tous les cas, nul ne détient la vérité à défaut de l'imposer!

D'emblée à l'idée du volontarisme de la démarche à laquelle je serai prêt à souscrire s'oppose le fait du refus présent de plaine de Courance d'entrer dans l'agglomération ou du refus des habitants de Germond Rouvre.Comment au nom de la libre administration des collectivités imposer un choix et je pense en particulier à la commune de ST-Symphorien qui fit le choix contraire sans même recueillir au delà des élus l'avis des populations tout aussi intéressant que le vote d'une commission dont les membres viennent de tout le département. Je m'interroge également sur l'effet « croquemitaine » de la CAN au regard de l'esprit d'union qui anime l'agglomération de Bressuire. C'est pourquoi je demande la mise en place d'un referendum d'initiative locale donnant un bel exemple de démocratie participative.

 

Parmi d'autres questions : la nouvelle organisation spatiale et fonctionnelle est-elle la réponse adaptée aux défis du développement au regard d'autres modes de coopération dont Niort terminal ou le comité de bassin d'emploi sont des exemples, l'intégration est-elle plus efficace et moins coûteuse que la coopération en période de pénurie de financement?

Enfin, à mes yeux la question de la gouvernance démocratique est centrale. Aucune comparaison possible entre un conseil communautaire sans réel débat sinon ceux entre niortais et un conseil municipal.Rappelons nous le principe de la trémie à St Liguaire a été acté puis annulé par la même assemblée comme le contournement nord et je n'évoque pas la questions des emprunts ou les rangs clairsemés de nos réunions.A titre d'exemple la commission économique à laquelle j'appartiens ne s'est pas réunie depuis un an sans explication. J'imagine et j'espère que la can poursuit néanmoins son travail au service du développement mais je m'interroge sur le rôle des conseillers dans ce climat unanimiste qui fait qu'il est bien difficile de connaître les points de vue des uns et des autres. 1,7M€ d'investissement au vallon d'Arty certes pour des travaux utiles, ça ne mérite pas le moindre échange, la moindre question?S'agit-il de mettre en place une gestion purement technocratique pour gérer des ensembles toujours plus grands ? Je le crains!Avez-vous jamais eu la volonté d'apporter plus de démocratie dont ce fonctionnement?

La can déjà touche le quotidien de nos concitoyens sans que ceci puissent véritablement peser sur les instances de décision.

Faute de réponse à cette exigence de démocratie, nous nous abstiendrons sans préjuger l'avenir.

 

 

Published by L'opposition
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 14:32

lire dans le prochain Vivre à Niort)
Après quatre longues années de palabres, la majorité tient la grande œuvre de sa mandature : débaptiser la rue Thiers !

On pourra être stupéfait qu’une majorité municipale se donne le droit de revisiter l’histoire et d’exécuter, à 140 ans de distance, celui qui fut aussi le restaurateur de la République en France… La belle affaire ! Elle est contente de son pied de nez à l’histoire même si, une fois de plus, ses « révolutionnaires » en chambre n’apportent rien au quotidien des Niortais, pas plus qu’à leur avenir.

La majorité municipale n'a-t-elle rien de mieux à faire que de changer le nom des rues ?  Au moment où elle expose les comptes de la ville à une dette record de 78 millions d’euros à laquelle vont s’ajouter 11 millions d’emprunts nouveaux pour 2013, on attendrait plus de sérieux. L’équipe Gaillard peut se payer Thiers, mais ce sont les Niortais, hélas, qui sont les payeurs de ses mauvais comptes.

La rue Thiers n’est plus, la rue de l’Hôtel de ville la remplace. A un an des municipales, ce sera une route toute tracée, comme un appel aux Niortais pour s’emparer d’une dernière bastille.

Published by L'opposition
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 01:01

Que les embouteillages quotidiens dans Niort disparaissent ,que les prunes soient moins abondantes en ville, que les jeunes ménages avec enfants trouvent notre ville suffisamment attrayante et accueillante pour s'y installer,  que les emprunts locaux accumulés ne soient pas à la charge des futures générations déjà fortement pénalisées par la situation nationale, que la can modère sa fiscalité et devienne une terre d'entreprises nouvelles, qu'elle trouve en grandissant le moyen d'échapper à une superstructure technocratique sans réel contrôle du conseil communautaire, que les élus niortais socialistes, verts, communistes et radicaux de gauche cessent d'en faire voir de toutes les couleurs à la ville, que le quotidien des quartiers ne soit pas oublié, et surtout que la rue du bas paradis prolongée ne soit pas débaptisée au nom d'une quelconque idéologie réécrivant l'histoire de notre ville , laissez nous l'espoir de lendemains qui chantent!

 

 

Published by L'opposition
commenter cet article